Article

La hausse des prix alimentaires suscite des questions sur les biocarburants

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
December 2004
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Les cours des produits de base ont augmenté nettement en 2007, avec de nouveaux records pour le pétrole et plusieurs métaux et produits alimentaires. La hausse des prix des produits alimentaires suscite des questions quant à la gestion de la demande croissante de biocarburants.

Selon les marchés des contrats à terme, les cours resteront probablement élevés à moyen terme, ce qui encourage un accroissement de la production de biocarburants en complément des carburants de transport. Conjugué à des sécheresses et à des maladies animales, cela a fait monter les prix des produits alimentaires et l’inflation dans le monde entier.

L’utilisation de biocarburants en complément modeste des carburants de transport, étant donné les technologies actuelles, présente des avantages et des inconvénients. Les biocarburants peuvent compléter les carburants traditionnels tout en contribuant au développement rural. Cependant, jusqu’à ce que de nouvelles technologies soient mises au point, l’utilisation de produits alimentaires pour produire des biocarburants risque de peser sur une offre déjà tendue de terres arables et d’eau dans le monde, ce qui ferait monter encore plus les prix des produits alimentaires.

Pour obtenir les avantages des biocarburants, de meilleures politiques sont nécessaires. Par exemple, l’éthanol brésilien à base de sucre de canne est moins coûteux à produire que l’éthanol américain à base de maïs et présente aussi plus d’avantages pour l’environnement. Cependant, à cause de crédits d’impôt généreux, de droits de douane sur les biocarburants importés et du soutien accordé aux producteurs de céréales aux États-Unis et dans l’Union européenne, il est difficile pour les producteurs de biocarburants étrangers à faible coût d’être compétitifs sur ces marchés.

Si les droits de douane et les subventions étaient éliminés aux États-Unis et dans l’UE, les biocarburants seraient probablement produits principalement par des producteurs à plus faible coût, comme le Brésil et d’autres pays latinoaméricains, et le biodiésel par la Malaisie, l’Indonésie, l’Inde et quelques pays africains.

Alors que nous attendons la mise au point de technologies plus efficientes, la meilleure solution serait d’autoriser le libre-échange des biocarburants. Cela profiterait à l’environnement et rendrait les biocarburants plus viables d’un point de vue économique.

Valerie Mercer-Blackman, Hossein Samiei et Kevin Cheng

FMI, Département des études

Other Resources Citing This Publication