Article

Un comité pour évaluer le financement du FMI

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
June 2006
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Le FMI a nommé un comité externe d’experts de renom pour évaluer en toute indépendance les possibilités de financement de ses activités futures. Jusqu’ici, ses coûts d’exploitation étaient financés par les intérêts et les commissions perçus sur les prêts octroyés aux pays membres. Mais récemment, le revenu a été inférieur aux prévisions en raison de la forte baisse du volume des prêts, incitant le FMI à envisager d’autres sources de financement.

Dans une annonce faite le 18 mai, le Directeur général du FMI, Rodrigo de Rato, a expliqué que le Comité de personnalités éminentes s’attachera à doter le FMI d’une source de revenus viable et durable à long terme. Présidé par Andrew Crockett, Président de J.P. Morgan Chase International et ancien Directeur général de la Banque des règlements internationaux, le Comité aura sept membres: Mohamed A. El-Erian, PDG de Harvard Management Company; Alan Greenspan, Directeur général de Greenspan Associates et ancien Président de la Réserve fédérale des États-Unis; Tito Mboweni, Gouverneur de la Banque de réserve de l’Afrique du Sud; Guillermo Ortíz, Gouverneur de la Banque du Mexique; Hamad Al-Sayari, Gouverneur de l’Agence monétaire de l’Arabie Saoudite; Jean-Claude Trichet, Président de la Banque centrale européenne; et Zhou Xiaochuan, Gouverneur de la Banque populaire de Chine. Le travail du Comité sera appuyé par les services du FMI.

L’annonce n’a pas précisé les options que le comité pourrait examiner. Mais le Conseil d’administration du FMI a déjà envisagé plusieurs possibilités par le passé, notamment:

  • étendre les pouvoirs du FMI en matière d’investissement afin qu’il puisse placer le volume considérable des quotes-parts — le capital souscrit par les pays membres (près de 300 milliards de dollars actuellement) pour accorder des prêts aux pays ayant des difficultés de balance des paiements;
  • vendre une partie de ses avoirs en or (103,4 millions d’onces ou 3 217 tonnes);
  • exiger des pays membres une cotisation annuelle;
  • imposer des frais d’usage (ou mobiliser des ressources auprès des pays donateurs) pour certains services (comme l’assistance technique) non prévus par les Statuts du FMI;
  • accroître les revenus au moyen de nouveaux instruments comme le financement conditionnel de montant élevé;
  • emprunter de l’argent et le placer à un taux de rendement élevé (à l’instar de la Banque mondiale).

Dans un premier temps, le Conseil d’administration a approuvé en mai la création d’un compte d’investissement pour accroître les revenus du FMI à moyen terme. Le Comité s’attachera à modifier durablement la manière dont l’institution finance ses activités principales telles que la surveillance et l’assistance technique. Le FMI prévoit un léger déficit budgétaire, mais son bilan est solide et ses ressources actuelles de 5,9 milliards de DTS (environ 8,8 milliards de dollars) pourraient lui permettre de couvrir ce déficit pendant une bonne partie des dix prochaines années. Un rapport du Comité de personnalités éminentes est attendu au premier trimestre de 2007.

Nomination du prochain Premier Directeur général adjoint

Le Directeur général du FMI a nommé John Lipsky pour succéder à Anne Krueger en tant que Premier Directeur général adjoint. M. Lipsky, actuellement Vice-Président de J.P. Morgan Investment Bank, a été économiste en chef à J.P. Morgan, Salomon Brothers et Chase Manhattan Bank, où il a également officié comme Directeur des études. Avant d’intégrer Salomon Brothers en 1984, M. Lipsky a passé une dizaine d’années au FMI, où il s’est occupé de plusieurs pays et a été représentant résident au Chili en 1978–80.

«John Lipsky apportera à ce poste important une renommée internationale en macroéconomie, un parcours impeccable en gestion et des qualités exceptionnelles en communication», a déclaré M. de Rato. «John n’est pas étranger au FMI, car il a travaillé ici pendant dix ans jusqu’en 1984. Depuis lors, il a eu une brillante carrière comme économiste sur les marchés financiers. En outre, il a été un commentateur influent sur la réforme du système financier international et sur le travail du FMI. Eu égard à l’ampleur de ses qualifications et de son expérience, il apportera une contribution majeure à l’exécution de la stratégie à moyen terme du FMI.»

En 2000, M. Lipsky a présidé le Groupe chargé d’examiner le secteur financier, créé par le Directeur général de l’époque, Horst Köhler, pour offrir au FMI une perspective extérieure sur la façon d’organiser son travail sur le secteur financier et les marchés des capitaux. Originaire des États-Unis, M. Lipsky est titulaire d’un M.A. et d’un doctorat en économie de l’université Stanford.

Le Premier Directeur général adjoint du FMI est choisi et nommé par le Directeur général et sa nomination doit être approuvée par le Conseil d’administration. Il aura un mandat de cinq ans. «John poursuivra la tâche de Anne Krueger, qui a servi le FMI avec une grande distinction au cours des cinq dernières années», a poursuivi M. de Rato. M. Lipsky devrait prendre ses nouvelles fonctions le 1er septembre 2006.

Other Resources Citing This Publication