Journal Issue
Share
Article

Panorama

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
August 2006
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Hong Kong: une croissance tributaire des liens avec le continent

D’après les données récentes du premier trimestre 2006, Hong Kong a connu onze trimestres consécutifs de croissance soutenue grâce à l’environnement mondial favorable, à la politique macroéconomique saine, aux réformes structurelles continues et au renforcement des liens avec la Chine continentale. Le PIB s’est accru de 7¼ % en 2005, niveau légèrement inférieur aux 8½ % enregistrés en 2004.

Selon le récent bilan économique du FMI, la forte croissance du PIB réel—qui devrait avoisiner les 6 %—et la faible inflation devraient persister en 2006. En raison de l’ouverture générale de l’économie et de ses liens étroits avec le continent, les perspectives dépendront de la situation extérieure et de l’évolution de la Chine—en particulier, de l’efficacité de l’intégration économique avec le continent. Le succès de Hong Kong en tant que place financière mondiale dépendra de sa capacité à faciliter l’intermédiation sur le continent et du rythme de libéralisation financière en Chine.

Le Conseil d’administration du FMI a félicité les autorités de leur gestion macroéconomique habile malgré les chocs exogènes des dernières années. La compétitivité restera tributaire de la consolidation des acquis (flexibilité des marchés des produits et des facteurs) et du développement de nouveaux secteurs de croissance. En particulier, le Conseil a salué l’amélioration des finances publiques, qui a entraîné le premier excédent budgétaire (en 2005–06) depuis la crise asiatique—avec trois ans d’avance.

Saluant l’engagement des autorités pour un système d’arrimage du taux de change et une caisse d’émission qui maintient la valeur du dollar local par rapport au dollar EU dans une bande de fluctuation étroite, le Conseil a noté que l’affinage de la caisse d’émission a réduit l’incertitude. Les mesures de renforcement de l’infrastructure financière et des systèmes de contrôle sont les bienvenues: progrès dans l’établissement d’un mécanisme de protection des dépôts; préparatifs de la mise en œuvre de Bâle II, une initiative multilatérale de révision des normes de gestion des risques; mise en place du Conseil d’information financière. Les administrateurs ont appuyé la stratégie de réduction de l’emploi peu qualifié par l’aide à la formation et au placement. n

Hong Kong
200320042005Proj.

2006
(variation en pourcentage)
PIB réel3,28,67,36,0
Prix à la consommation–2,6–0,40,92,3
(en pourcentage du PIB)
Solde des transactions courantes10,49,611,47,6
Solde budgétaire consolidé1–3,3–0,31,00,5
Réserves de change74,774,569,967,3

L’exercice commence le 1er avril.

Sources: autorités de la RAS de Hong Kong, estimations et projections des services du FMI.

L’exercice commence le 1er avril.

Sources: autorités de la RAS de Hong Kong, estimations et projections des services du FMI.

Brésil: des réformes structurelles pour libérer le potentiel de croissance

Selon le récent bilan économique du FMI, les résultats économiques du Brésil restent favorables; on prévoit en 2006 une hausse du PIB réel et une baisse de l’inflation. La position extérieure s’est renforcée: la conjoncture mondiale favorable a accru les échanges et l’excédent courant; de plus, la bonne humeur du marché financier, l’abondance de liquidités à l’échelle mondiale et les taux d’intérêt élevés à l’échelle nationale ont dopé les entrées de capitaux.

La situation extérieure favorable a permis à la banque centrale d’accroître les réserves et de ramener la dette extérieure à son plus faible ratio par rapport aux exportations depuis 25 ans—grâce surtout à l’apurement anticipé des obligations envers le FMI, au paiement des créances du Club de Paris et au rachat de la dette extérieure privée. En outre, les autorités ont pu approfondir les marchés financiers extérieurs et les intégrer davantage aux marchés mondiaux.

Le Conseil d’administration du FMI s’est réjoui des bons résultats du Brésil, de la baisse du chômage et des progrès sensibles dans la réduction de la pauvreté et des inégalités, notamment attribuables à une politique sociale dynamique. Les perspectives à court terme sont favorables, mais le récent regain de l’aversion mondiale au risque posé par les marchés émergents souligne l’importance de maintenir le cap sur des politiques prudentes et sur la réduction des vulnérabilités.

Selon les administrateurs, il est primordial de libérer le potentiel de croissance du Brésil. Pour ce faire, il faudra accroître la stabilité macroéconomique en améliorant les fondements institutionnels des politiques, l’efficacité du secteur public et le bilan du secteur public. À cet égard, les administrateurs ont recommandé de réduire les rigidités budgétaires et d’éliminer progressivement les distorsions et déficiences du système fiscal.

En outre, les administrateurs ont préconisé de vastes réformes structurelles pour renforcer l’intermédiation financière, libéraliser l’économie et améliorer le climat des affaires. Ces mesures créeraient les conditions propices à l’essor de la productivité et de l’investissement, jetant ainsi les bases d’un progrès soutenu dans la lutte contre la pauvreté et l’inégalité des revenus.

Brésil
20032004Prél.

2005
Proj.

2006
(variation annuelle en pourcentage)
PIB réel0,54,92,33,5
Prix à la consommation9,37,65,74,5
(en pourcentage du PIB)
Compte courant0,81,91,81,1
Recettes totales23,124,025,325,3
Dépenses totales27,125,529,128,2
Sources: Banque centrale du Brésil, Ministère des finances et estimations des services du FMI.
Sources: Banque centrale du Brésil, Ministère des finances et estimations des services du FMI.

Pour plus de renseignements, voir les notes d’information au public nos 06/16 (RAS de Hong Kong) et 06/69 (Brésil) sur le site du FMI (www.imf.org).

Other Resources Citing This Publication