Journal Issue
Share
Article

Panorama

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
June 2006
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

Malaisie : une situation économique solide, mais des problèmes subsistent

Une politique macroéconomique prudente et des réformes structurelles ont permis à la Malaisie d’enregistrer de bons résultats économiques en 2005. La croissance du PIB réel a atteint 5,3 % et devrait passer à 5,5 % en 2006, grâce à la vigueur de la consommation privée et au redressement de l’investissement fixe privé, selon le bilan annuel du FMI. L’inflation est montée à 3 % principalement en raison des ajustements des prix de détail des carburants, mais l’inflation de base est restée modérée. Le déficit de l’État fédéral est tombé à 3,8 % du PIB, et l’excédent du secteur public consolidé s’est stabilisé à 4 %, la compagnie pétrolière nationale profitant des cours élevés du pétrole. La position extérieure reste solide, les réserves atteignant 70,5 milliards de dollars fin 2005, et l’excédent courant s’est creusé à 15,2 % du PIB. Les entreprises et le secteur financier sont de plus en plus solides.

Malaisie
20032004Est.

2005
Proj.

2006
PIB réel (variation en pourcentage)5,47,15,35,5
Inflation (IPC) (moyenne sur la période)11,11,43,03,1
Réserves de change brutes (milliards de dollars)144,966,770,585,4
(en pourcentage du PIB)
Solde global de l’État fédéral–5,3–4,3–3,7–3,4
Solde primaire non pétrolier de l’État fédéral–6,6–7,0–6,9–7,9
Solde des transactions courantes12,812,614,314,2

Pour 2005, chiffres observés à fin décembre.

Sources: autorités de la Malaisie; estimations et projections des services du FMI.

Pour 2005, chiffres observés à fin décembre.

Sources: autorités de la Malaisie; estimations et projections des services du FMI.

Les perspectives sont favorables, mais il subsiste des problèmes. Une croissance vigoureuse est prévue, grâce à la demande privée intérieure et à un climat extérieur favorable, mais les cours élevés du pétrole et une pandémie de grippe aviaire présentent des risques sérieux de dégradation. Il faudra réduire la forte dépendance à l’égard des recettes pétrolière et gazières, et ancrer les anticipations inflationnistes en communiquant clairement la politique monétaire.

Le Conseil d’administration a félicité les autorités pour leur excellente gestion de l’économie et a noté les perspectives favorables à court terme. Saluant l’abandon du rattachement comme une «première étape essentielle», les administrateurs ont indiqué que les autorités pouvaient maintenant assurer une plus grande flexibilité du taux de change en laissant celui-ci être déterminé par les données fondamentales. Ils ont noté aussi qu’une plus grande flexibilité faciliterait un ajustement en douceur aux changements structurels et une généralisation de la croissance, ce qui contribuerait à une résorption ordonnée des déséquilibres mondiaux. Il faut réduire le déficit de l’État fédéral et la dépendance à l’égard des recettes pétrolières et gazières. Les administrateurs ont ajouté qu’il serait prudent d’accroître l’efficience du système fiscal et de remplacer progressivement les subventions pétrolières par une aide bien ciblée pour les plus démunis.

São Tomé-et-Principe : priorité à la gestion transparente des recettes pétrolières

Les réformes économiques opérées depuis 1998 ont aidé São Tomé-et-Principe à accélérer la croissance du PIB réel, à réduire l’inflation et à faire avancer les réformes structurelles. Toutefois, les résultats budgétaires ont été inégaux, le déficit atteignant un record en 2004. Depuis 2005, dans le cadre d’un programme d’ajustement appuyé par la FRPC, les autorités ont réussi à rééquilibrer leur budget.

Selon le dernier bilan du FMI, les perspectives pour 2006 restent favorables, en dépit d’une hausse récente de l’inflation : la croissance devrait être vigoureuse et la position extérieure relativement favorable. Dans le cadre du programme FRPC, les autorités cherchent à éliminer les arriérés fiscaux, réforment les procédures de l’administration douanière et réorientent les dépenses vers la lutte contre la pauvreté. La politique monétaire vise à ralentir l’inflation et les réformes structurelles mettront l’accent sur le développement du secteur privé dans l’économie non pétrolière.

São Tomé-et-Príncipe
20032004Est.

2005
Proj.

2006
(variation en pourcentage)
PIB réel4,03,83,84,5
Prix à la consommation (fin de période)10,215,217,013,0
(en pourcentage du PIB)
Solde des transactions courantes1–56,7–58,9–59,2–59,8
Solde budgétaire global, y compris dons2–17,0–26,656,959,6

Hors transferts officiels.

Y compris les bonus de signature pétroliers en 2005 et 2006.

Sources: autorités de São Tomé; estimations et projections des services du FMI.

Hors transferts officiels.

Y compris les bonus de signature pétroliers en 2005 et 2006.

Sources: autorités de São Tomé; estimations et projections des services du FMI.

Le Conseil d’administration a noté que les autorités restent déterminées à s’attaquer aux déséquilibres macroéconomiques tout en renforçant les conditions nécessaires pour une croissance durable et une réduction de la pauvreté. À moyen terme, il s’agira essentiellement de mettre en place des institutions solides qui encouragent une gestion transparente des recettes pétrolières, d’accélérer la croissance dans l’économie non pétrolière et de soutenir les progrès vers les objectifs du Millénaire pour le développement.

Les administrateurs ont noté avec satisfaction que les autorités soutiennent le rééquilibrage budgétaire, qui sera appuyé par un système modernisé de gestion du budget et des dépenses. La politique monétaire est restée adéquate : elle a soutenu l’objectif d’inflation des autorités et a préservé la position des réserves de change de la banque centrale. Les administrateurs ont salué aussi l’amélioration du contrôle bancaire.

Les administrateurs engagent les autorités à accélérer les réformes structurelles, en soulignant qu’il importe d’appliquer le plan d’amélioration des finances de la compagnie d’eau et d’électricité, et d’achever les études de faisabilité des autorités aéroportuaires et maritimes. Ils recommandent aussi d’améliorer le climat des affaires et d’approuver de nouveaux codes pour les impôts sur le revenu des particuliers et les bénéfices des sociétés.

Pour plus de renseignements, voir les notes d’information au public nos 06/26 (Îles Marshall), 06/30 (Malaisie) et 06/36 (São Tomé-et-Príncipe) sur le site Internet du FMI (www.imf.org).

Other Resources Citing This Publication