Article

Panorama: Swaziland: assainir le budget pour combattre la pauvreté

Author(s):
International Monetary Fund. External Relations Dept.
Published Date:
July 2006
Share
  • ShareShare
Show Summary Details

L’économie du Swaziland stagne depuis 10 ans et cette tendance va probablement persister. La croissance du PIB réel devrait s’établir à 1,0 % en 2006, contre 1,8 % en 2005 et 2,1 % en 2004, selon le bilan annuel du FMI. Une sécheresse prolongée, l’appréciation du taux de change effectif réel, la hausse des prix d’importation du pétrole et l’élimination des contingents de textiles dans les pays industrialisés ont contribué à cette stagnation. Le déficit budgétaire est passé à 4,3 % du PIB en 2004/05 (contre 2,7 % du PIB en 2003/04), à cause, en grande partie, des augmentations salariales dans le secteur public. Pour financer ce déficit, l’État a épuisé ses actifs financiers et a accumulé des arriérés intérieurs.

En octobre 2004, le Swaziland a publié une stratégie et un plan d’action pour la réduction de la pauvreté visant à réduire de moitié le taux de pauvreté d’ici 2015, conformément aux objectifs du Millénaire pour le développement. Mais, peu de progrès ont été accomplis, la pauvreté et les pénuries alimentaires restant généralisées. Il est encourageant de noter que le taux d’infection du VIH/sida chez les 15–19 ans a baissé pour la première fois, de 32 % en 2002 à 29 % en 2004, ce qui porte à croire que les mesures préventives ont peut-être commencé à faire sentir leurs effets.

Le Conseil d’administration du FMI a souligné qu’il sera essentiel d’assainir les finances publiques et de renforcer la compétitivité extérieure pour réduire la pauvreté; de plus, la perte des préférences commerciales et la baisse prévue des recettes provenant de l’Union douanière sud-africaine ne feront que compliquer cette tâche.

Est.Pro.
Swaziland2003200420052006
(variation en pourcentage)
PIB réel2,42,11,81,0
Prix à la consommation (moyenne)7,43,44,85,8
(en pourcentage du PIB)
Solde des transactions courantes1,91,6−1,6−2,4
Recettes publiques et dons126,329,330,729,0
Dépenses publiques et prêts129,033,635,034,3

L’exercice budgétaire commence le 1er avril.

Sources: autorités du Swaziland; estimations et projections des services du FMI.

L’exercice budgétaire commence le 1er avril.

Sources: autorités du Swaziland; estimations et projections des services du FMI.

Les administrateurs ont engagé les autorités à poursuivre sans tarder le rééquilibrage du budget et les réformes structurelles. Il sera impératif de réduire nettement le déficit budgétaire, étant donné l’absence de concours extérieurs concessionnels, l’existence d’arriérés de paiement et d’engagements conditionnels élevés, les possibilités limitées d’emprunts intérieurs et l’atonie de la croissance. Des réformes structurelles, et surtout la hausse de la productivité du travail, la baisse des coûts intérieurs et l’amélioration du climat d’investissement, seront nécessaires pour soutenir le rééquilibrage budgétaire.

Other Resources Citing This Publication